[20] automne 2016
Les graines du monde
[20] pages 3-11

Voilà cent ans, Nicolaï Ivanovitch Vavilov entreprenait sa première grande expédition dans ces montagnes du Pamir, à la recherche de céréales et d’autres plantes très anciennes. Son intuition était bonne, la région est un des lieux d’origine des plantes alimentaires. Le botaniste installera au Tadjikistan, à Douchanbé, l’une des stations qui forment aujourd’hui encore un formidable réseau d’étude et de conservation relié à l’Institut qui porte son nom, à Saint-Pétersbourg. Ces lieux, depuis quatre ans, Mario del Curto n’a eu de cesse de les photographier. Il y a rencontré des hommes et des femmes qui misent sur l’extraordinaire diversité et la vivacité des végétaux existants, plutôt que sur la fabrication d’organismes génétiquement modifiés, pour nourrir la population de demain.
Edward E. Farmer, Mario del Curto
 
Les deux bouts
[20] page 12

Les usines Renault ont plusieurs portes. On y travaille en équipes: les sorties principales ont lieu deux fois par jour. Je me tenais, vers 2 heures, devant la porte de l’avenue Émile-Zola, près de la place de l’Église, à Billancourt, bien entendu. Deux hommes distribuaient à ceux qui sortaient des journaux de petit format: l’Acier et le Travailleur in­dé­pendant, des journaux rivaux. J’ai pris les deux. C’était quel­ques jours après la grève. (…)
> Les deux bouts (Éditions Héros-Limite)
Henri Calet
Autour d’une carte du Lot-et-Garonne
[20] page 13

Un matin, sans savoir pourquoi, je retire d’une masse de cartes géographiques ce que je prends pour un banal plan de ville dépliable, en noir et blanc. Plutôt sépia, ce noir et blanc, élégant, entre la gousse de cacao et le pelage d’un petit rongeur. Ces reflets-là.
Corinne Desarzens
L’écran comme mobile
[20] page 14

Commençons par un souvenir d’enfance, l’un des premiers films vus, avec L’École buissonnière et La Belle et la Bête. Le cinéma ambulant, sous un petit chapiteau de toile rayée, est le cœur de Jour de fête, 1949, film de Jacques Tati. Le «documentaire» qui y est projeté, montrant les exploits des postiers américains, leurs muscles et leur vitesse, leurs motos et leurs hélicoptères, marque l’intégralité du film, en contrepoint du village, de la campagne, de la fête foraine.
> L'écran comme mobile (Éditions du Mamco)
Jean-Louis Boissier
Cindy Van Acker a l’esprit zaoum
[20] pages 16-17

La nouvelle création de la chorégraphe est une invitation à retrouver la poésie des avant-gardes russes, relayée, vivifiée par Luigi Nono dans son Quando stanno morendo de 1982. Zaoum est une œuvre de résistance au conformisme, une invitation à se relier à l’essentiel pour mieux avancer, à passer du désespoir à l’espoir.
Élisabeth Chardon
Louis Soutter, probablement
[20] pages 18-19

De la patience, il en faudra encore à Louis jusqu’à ce que sourde la sève qui circulait en lui, cassant les digues et se répandant sur des milliers de feuilles où lumières et ténèbres joueront des partitions musicales libres et inconnues dont les vibrations révéleront, comme autant de nuances, les empoignades qui existent entre le blanc et le noir, le visible et le caché.
> Louis Soutter, probablement (Éditions Zoé)
Michel Layaz
Les intellectuels
[20] pages 22-23
Pierre-Alain Bertola
Histoire de Jimmy, histoires immortelles
[20] pages 24-25

Le Commonwealth, organisation de 53 États, essentiellement des territoires ayant appartenu à l’Empire britannique, a mis au compte des deux guerres mondiales 1,7 millions de morts. La Commonwealth War Graves Commission, créée en 1917, en a la charge dans le souci de maintenir une mémoire perpétuelle de ces morts. Le Lance Corporal James Hair Brown, Machine Gun Corps, matricule 14.1110, est l’un d’eux, tué dans des circonstances officiellement non élucidées le 22 mars 1918 (un témoin direct note le 21 mars). Il est le personnage principal du livre When War is Over.
Jean Perret
Wojciech Zamecznik, la photographie sous toutes ses formes
[20] pages 26-27

L’œuvre de Wojciech Zamecznik couvre trois périodes de l’histoire de l’art contemporain polonais. D’abord, la période d’après-guerre: une époque de changements sociaux et politiques révolutionnaires et de poussée de la terreur stalinienne, marquée d’une part par la poursuite des tendances artistiques des années 1930, et de l’autre par des débats sur la reconstruction de la culture et de l’art polonais; puis vient la brève période du réalisme socialiste jusqu’au milieu des années 1950 qui met un terme à ces débats dès 1949 en laissant un véritable traumatisme dans son sillage; enfin, la période dite du «dégel» polonais et ses conséquences, le soi-disant «style des années 1960» – une expression particulièrement utilisée dans le milieu du design.
> Wojciech Zamecznik, la photographie sous toutes ses formes (Noir sur Blanc)
Agnieszka Szewczyk
Babel à New York
[20] pages 29-39

La ville de New York offre une diversité de population et de langues parmi les plus élevées au monde. La moitié des habitants ne parle que l’anglais à la maison. L’autre moitié se partage entre environ 800 langues, dont un nombre indéterminé fait partie des 2600 langues considérées «en danger» par l’Unesco. Portraits de quelques polyglottes urbains.

laze, judesmo, thakali, sicilien, mamuju, tatar de Crimée, nahuatl, quechua, talla, ryūkyū, kalmouk, k’iche’, mohawk, kwatay, garifuna, hano, ge’ez, wakhi, romanche, breton
Michel Bührer
La Suisse de travers
[20] pages 41-54

Tant qu’on n’a pas traversé la Suisse à pied, on ne peut rien en dire de particulier, on en reste aux généralités. Mes amis prétendent n’avoir pas le temps pour ce genre de projet: parcourir le pays à pied, à flanc de coteau sans perdre de vue le panorama alpin. C’est pourtant simple, en treize week-ends on fait la traversée en diagonale d’une extrémité du Plateau suisse à l’autre, des bords du Léman à ceux du lac de Constance. Puisque mes amis ne tiennent pas à faire seuls le chemin, ni toujours dans le même côte à côte ni, pire encore, l’un derrière l’autre, je leur propose de la compagnie. Comme moi, ils seront escortés par une figure tutélaire. Je raconte ici comment j’ai emmené treize compagnons de route virtuels, un par étape, pour agrémenter le trajet.

De Genève à Begnins avec Annemarie Schwarzenbach
De Begnins à Morges avec Germaine de Staël et Benjamin Constant
De Morges à Blonay avec Charles-Ferdinand Ramuz
De Blonay à Charmey avec Jean-Jacques Rousseau
De Charmey à Guggisberg avec Vreneli
De Guggisberg à Münsingen avec Robert Maillart
De Münsingen à Lüderenalp avec Friedrich Dürrenmatt
De Lüderenalp à Malters avec les émigrés de l’Emmental
De Malters à Zoug avec Léon Tolstoï
De Zoug à Einsiedeln avec Paracelse
D’Einsiedeln à Amden avec Uli Bräker
D’Amden à Urnäsch avec Robert Walser
D’Urnäsch à Rorschach avec Henry Dunant
Daniel de Roulet, Jérôme Stettler
 
Chronique
Jean-Louis Boissier, Karelle Menine, Aude Seigne
< voir les autres sommaires