Marie-José Sanselme
(*1963) Ancienne attachée culturelle à l’ambassade de France à Tel Aviv (1994-1998), elle est devenue la co-scénariste de prédilection d’Amos Gitai. Leur collaboration a commencé avec l’écriture de Kippour (2000). Elle est rédactrice en chef adjointe de la Revue internationale d’éducation.
Jürg Schneider
(*1961) Né à Bâle, historien de formation, chercheur affilié au Centre d’études africaines de l’Université de Bâle, il a organisé diverses expositions et publié sur la photographie, mettant l’accent sur la photographie africaine du XIXe siècle. Il est cofondateur d’African Photography Initiatives. www.africaphotography.org
www.african-photography-initiatives.org
Annemarie Schwarzenbach
(1908-1942) Écrivaine, journaliste et photographe, elle étudie d’abord l’histoire et la littérature à Zurich. Ses reportages la mènent dès 1933 sur les routes du monde, mais elle ne perd jamais de vue la lutte contre le nazisme en Europe. Elle meurt accidentellement à Sils, en Engadine, à l’âge de 34 ans.
Ruth Schweikert
(*1964) Née à Lörrach, elle vit à Zurich et écrit des romans et des pièces de théâtre. Elle a publié en 1994 le recueil de récits Erdnüsse. Totschlage (La Poupée fourrée, L’Aire, 2010). Son premier roman Augen zu, paru en 1998, reçoit le Prix Schiller. Wie wir älter werden (Fischer Verlag) lui vaut le Prix suisse de littérature 2016.
Daniel Schweizer
(*1959) Réalisateur indépendant, ses films interrogent les enjeux du monde contemporain. Il est l’auteur d’une trilogie documentaire sur l’extrême-droite et du film Dirty Paradise (2009), l’histoire d’une tribu amérindienne dans son combat pour la survie. Il enseigne au Département cinéma /cinéma du réel de la HEAD-Genève.
Monique Schwitter
(*1972) Née à Zurich, vit à Hambourg. Après des études de théâtre, elle est interprète de 1997 à 2010, puis quitte le métier de comédienne pour l’écriture. Prix Robert Walser et Prix Schiller en 2006 pour Wenn’s schneit beim Krokodil (Droschl, 2005), Prix rotahorn en 2011 pour Goldfischgedächtnis (Mémoire de poisson rouge, En bas). Prix suisse de littérature 2016 pour Eins im Andern (Droschl).
Georges Schwizgebel
(*1944) Habite à Genève et travaille à Carouge. Après des études à l’École des arts décoratifs et un passage dans la publicité, il découvre le cinéma d’animation au festival d’Annecy. Dès 1970, il devient indépendant et, progressivement, la production et la réalisation de courts métrages d’animation devient son activité à plein temps. www.studio-gds.ch
Aude Seigne
(*1985) Écrit, voyage, touche à tout. A publié Chroniques de l’Occident nomade (éditions Paulette, puis Zoé), prix Nicolas Bouvier 2011 au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, et Les Neiges de Damas (Zoé, 2015). Titulaire d’un master en littérature française et civilisations mésopotamiennes. Travaille sur l’écriture web et les médias sociaux. www.audeseigne.com
Leta Semadeni
(*1944) Née à Scuol, elle a étudié les langues et enseigné à Zurich, en Amérique latine, à Paris, Berlin, New York. Elle vit à Lavin depuis 2005. Elle écris essentiellement des poèmes, en romanche ou en allemand, qu’elle transpose elle-même dans l’autre langue. Son premier roman, Tamangur (Rotpunktverlag), reçoit le Prix suisse de littérature 2016.
Hervé Serry
(*1967) Sociologue, directeur de recherche au CNRS. Ses travaux et enseignements portent sur l’édition, les intellectuels et la religion catholique, les mutations de l’édition française depuis 1950 et les foires internationales du livre (avec Josée Vincent, Université de Sherbrooke). Il a publié Les Éditions du Seuil. 70 ans d’histoire (Seuil, 2008) et achève une monographie sur le même éditeur.
Jean-François Sonnay
(*1954) Ressortissant suisse et souvent étranger. Intermittent opiniâtre: histoire de l’art, enseignement, romans, contes, nouvelles, action humanitaire. On peut lire: La Seconde Mort de Juan de Jesus (1997), Un Prince perdu (1999), Contes de la petite Rose (2004), Yvan, le bazooka, les dingues et moi (2006), Hobby (2009).
Charles Soubeyran
(*1943) Études d’histoire de l’art et de cinéma. Ses sujets de prédilection sont toujours des gens qu’il aime, des photographes, ceux qu’il appelle les «sans grade», des artistes brut, Gaston Chaissac, Hippolyte Massé ou encore le facteur Cheval. Parmi ses ouvrages, Les Révoltés du Merveilleux, avec Robert Doisneau et Gilles Ehrmann (Le Temps qu’il fait, 2004) et, avec Mario del Curto, Guy Brunet réalisateur – Les studios Paravision (Collection de l’Art Brut/Till Schaap, 2015).
Urban Stoob
(*1949) Après un apprentissage de typographe, il se forme à la lithographie à Saint-Gall chez Erker-Presse puis à Paris. Revenu chez Erker-Presse, il reprend l’entreprise avec son épouse Vreni en 1989. De nombreux artistes contemporains travaillent dans son atelier, qui déménage en 2014 à Gmünd, en Basse-Autriche, dans un musée vivant de l’impression. www.stoob-steindruck.ch
Anne-Sophie Subilia
(*1982) Vit à Lausanne. Elle a publié Jours d’agrumes (L’Aire, 2013), prix Adelf-Amopa 2014, Parti voir les bêtes (Zoé, 2016) et Qui-vive (Paulette, 2016). Titulaire d’un master en littérature française et histoire et diplômée de la Haute École des arts de Berne en création littéraire, elle s’intéresse au lieu, au paysage, à l’habitat.
Agnieszka Szewczyk
(*1976) Historienne de l’art, curatrice, elle édite des publications sur l’art contemporain avec un accent porté à l’art polonais après la Seconde Guerre mondiale, aux archives artistiques ainsi qu’à l’histoire du design graphique, dans le cadre d’une collaboration avec l’Académie des beaux-arts de Varsovie.