Frédéric Pajak
(*1955) Écrivain, dessinateur, éditeur des Cahiers dessinés. Depuis une quinzaine d’années, il publie régulièrement des livres écrits et dessinés, dans lesquels les deux langages s’affrontent et, parfois, se réconcilient. Entre essai, biographie, autobiographie et poésie, il a publié chaque année depuis 2012 un long Manifeste incertain qui compte neuf volumes.
Oleg Pavlov
(*1970) A fait son service militaire comme gardien dans les camps de Karaganda, suivi d’un séjour en hôpital psychiatrique; il vit aujourd’hui à Moscou. Écrivain, essayiste et polémiste, lauréat en 2012 du prix Soljenitsyne pour l’ensemble de son œuvre, il est l’un des auteurs russes les plus lus de sa génération.
Jean Perret
(*1952) Né à Paris, vit à Genève. Enseignant, journaliste culturel en radio et presse écrite, essayiste, porte un intérêt avéré aux images dans leurs rapports au monde. A dirigé Visions du Réel, festival international de cinéma de Nyon et a été en charge du Département cinéma /cinéma du réel de la HEAD-Genève. Collabore à la revue de cinéma en ligne filmexplorer.ch
[40] La Couleur a 10 ans
[40] Ces lieux de peu saturés de couleurs
[39] Lumière blanche en Corée du Nord
[38] Images inversées, multipliées, dépliées
[37] Images éblouies
[36] Présences birmanes
[35] Les ombres de l’éther
[34] Bribes de la condition humaine
[33] En conversation avec Robert Frank
[33] Une alerte planétaire
[32] Un dispositif en ors
[31] Sortilèges de la photographie
[30] Mille et un photographes
[29] Porteur de lumières
[28] L’éphémère et son immortalité
[28] Chris the Swiss
[27] Familles disjointes
[26] La conquête du silence
[25] Suite botanique
[24] Le coffret des ambitions photographiques
[23] L’humour de la famille
[22] Pour un ange
[21] Le réel décalé
[20] Histoire de Jimmy, histoires immortelles
[19] Et souviens-toi que je t’attends
[18] Photographies ébouriffées
[17] «Greetings from Auschwitz»
[16] Dévisager les apparences
[15] La ligne imaginaire d’un monde redécouvert
[14] Le journal de Robert Frank
[13] Rencontres de rivages
[12] Paysages débordés
[12] Mon père, la révolution et moi
[11] Une œuvre à l’essai
[11] Les sorties de la zone grise
[10] Histoires de gens sans histoire
[10] Frontières
[9] Photographie iconoclaste
[8] «Oui, je peux passer quatre ans de ma vie pour faire un portrait»
[7] L’intranquillité du monde et de ses enfers
[6] Sur les branches des cerisiers en fleurs, la vie et le cinéma
[6] La liberté, un métier
[5] Portraits libanais
[4] Images réenchantées
[3] Les métros de l’absence
[2] Voyage à l’intérieur de L’homme blessé
Stéphane Pétermann
(*1974) Collaborateur au Centre de recherches sur les lettres romandes (Université de Lausanne), où il travaille à l’édition critique de textes littéraires. Coauteur, avec Daniel Maggetti, de Vies de C. F. Ramuz (Slatkine, 2013).
 
Nathalie Piégay
(*1965) Professeure de littérature française moderne et contemporaine à l’Université de Genève. Elle a publié Une femme invisible (Le Rocher, 2018), un récit consacré à la mère d’Aragon, et un roman, La Petite ceinture (Le Rocher, 2020).
Marius Daniel Popescu
(*1963) Il a vécu vingt-sept ans sous la dictature de Ceaușescu; il arrive en Suisse le 1er août 1990, amoureux d’une Suissesse et sans savoir parler le français. Bûcheron puis chauffeur de bus à Lausanne, publie poèmes et romans qu’il écrit en français. Il a créé en 2004 le journal littéraire Le Persil. Dernier ouvrage paru: Les Couleurs de l’hirondelle (éditions José Corti, 2012). Prix fédéral de littérature 2012.
Michel Porret
(*1955) Professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève, il préside les Rencontres internationales de Genève, et est le rédacteur en chef de Beccaria, revue d’histoire du droit de punir. Ses recherches portent sur les Lumières, l’utopie, les crimes et les châtiments, la médecine légale, ou encore la bande dessinée. Il scrute les doctrines et pratiques actuelles à la lumière du passé.
Jean-Michel Potiron
(*1964) Acteur et metteur en scène, directeur de la compagnie Théâtre à tout prix à Besançon, il expérimente depuis 2001 des processus de création ouverts au public. Initiateur à l’Université de Lausanne du projet inter­disciplinaire «Qu’est-ce que la guerre?» (2012).
Sophie Pujol
(*1985) Intéressée par la sociologie et la vulgarisation historique, elle écrit son mémoire de master en muséologie sur le patrimoine industriel. Elle travaille au secteur iconographie et appareils cinématographiques de la Cinémathèque suisse, s’occupant de la valorisation des collections.